We use cookies to deliver a reliable and personalised ArtQuidexperience. By browsing ArtQuid, you agree to our use of cookies.
Sign up

Log in

  Lost password

New on ArtQuid?

Create Your Free Account
Sell your Art
  1. Paintings
  2. Sculptures
  3. Drawings
  4. Photography
  5. Digital Art
  6. Themes
  7. Our Finds
  8. More
Automate n° 7 «Lud Aster». Lawrence Nurtel Lawrence Nurtel - (Frédéric Letrun)
   
Il avait dix-huit ans lorsqu’il s’est pointé sur la station. Moi, sur le point de naître, j’étais en « kit ». Je mesurais vingt-quatre centimètres, une taille normale, car je n’étais qu’une tête sans corps. Je n’étais qu’un crâne en poly-2-k avec une mémoire micro-fils 1, dernière trouvaille du professeur Glückstern. Et j’en avais déjà par-dessus la tête d’attendre que l’on daigne m’assembler. Je n’étais pas le seul dans ce cas : j’avais deux amis-têtes dans la cloche à gaz pla-100-A. On était bavards, inquiets, turbulents. On s’appelait « les frères K-youx ». Il y avait Brik Dur, mon voisin d’oreille droite, futur comique. Doté d’une infatigable mémoire micro-fils-a, il n’arrêtait jamais de plaisanter. En revanche, celui de gauche était taciturne; Feld Spath avait une tête en forme d’œuf et on passait notre temps à le chambrer. Il en riait. Ses capacités cérébrales m’impressionnaient. En fait, il savait parfaitement ce qu’on pensait de lui. Sa mémoire micro-fils-s le prédestinait à une longue carrière de télépathe.
Parce que moi, Lud Aster, je les soûlais avec mes histoires de planètes, les frères K-youx me surnommaient Aster Oïde. Oui, je rêvais déjà de traverser la Galaxie. Aller d’astre en astre. Mais par-dessus tout, je rêvais de découvrir les joyaux de la Terre et de m’en imprégner. Rien n’égalait cette envie. « Vivre sur la grande Bleue » était l’inlassable phrase qui animait mon existence. Forcément : ma mémoire micro fils-1 me prédestinait à la science et à la musique. Sans conteste, la grande Bleue était de loin la souveraine égérie.
Le temps s’avérait interminable sous cette cloche à gaz pla-100-A. J’y collectionnais les cauchemars. Les plus fréquents étaient ceux où j’y passais ma vie. Parfois, on me saisissait comme un boulet et on m’introduisait dans la bouche d’un canon. Une fois, j’ai même rouillé dans l’oubli et me suis effrité avec les frères K-youx. Nous nous racontions nos nombreux rêves. Ils nous ramenaient toujours à la réalité; à l’autre bout du laboratoire, nous voyions un tas de proto-corps décapités : nos futurs membres en attente de biosoudures. Tous les trois languissions après un ou une adoptant (e) humain (e). Mes deux amis-têtes ont rapidement trouvé une famille : Brik Dur est le bouffon attitré d’une actrice. Feld Spath, lui, travaille pour la justice. Je suis donc resté seul, un petit moment. Dans ma tête, un flot de projets scientifiques et artistiques commençait à fleurir.
Mademoiselle Uranie, la charmante laborantine qui s’occupait de moi, m’a parlé d’un éventuel adoptant. Je me rappelle ses paroles lorsqu’elle a ouvert la cloche à gaz pla-100-A pour me l’annoncer. Ses lèvres embaumaient la cerise, sa voix était heureuse : « Il s’agit d’un très jeune astronome. Un certain Mister Look en provenance de la Terre. Il est musicien aussi. On prétend qu’il est l’un des plus jeunes prodiges de l’orchestration. Un inventeur de sons. Ses œuvres connaissent déjà un franc succès. J’espère que vous lui plairez ! » Invité par le professeur Glückstern, le talentueux Mister Look venait parfaire son savoir sur l’O-17. Il y venait aussi parce que, effectivement, il avait décidé d’adopter un biodroïde pour le seconder dans ses travaux.
Le jour où Mister Look est apparu, les mains de mademoiselle Uranie ont frémi; ce jour-là, pour la première fois, j’ai vu une lueur d’exaltation humidifier ses prunelles; et un nuage d’émotion rougir ses pommettes.
Le lendemain de son arrivée, Mister a fait sa deuxième apparition dans le laboratoire des K-youx. Il était seul et faisait les quatre cents pas autour de la cloche à gaz pla-100-A. « Je suis Mister Look. Le professeur Glückstern m’a fixé rendez-vous ici », m’a-t-il dit. Sur le coup, si j’avais eu un corps, des jambes, des bras, j’aurais sauté de joie. Malgré tout, ma tête immobile avait l’impression d’être une balle bondissant d’allégresse. La phrase lancée par Mister Look n’avait rien de banal; elle était une confirmation; la bonne nouvelle que j’attendais. Son choix paraissait définitif : il m’avait choisi. Le but de son rendez-vous avec le professeur était clair. Ils allaient sortir ma tête de la cloche et l’accrocher à un corps. Le professeur Glückstern, qui avait la lourde responsabilité de commander l’O-17, ne se déplaçait jamais pour assister au montage d’un nouveau biodroïde. Il préférait se confiner dans son Amphi de Persée et inventer de nouvelles mémoires. Mais ce jour-là, il a rejoint Mister Look. Mélomane averti, le professeur appréciait le talent avant-gardiste de son invité d’honneur. Il le considérait déjà comme s’il avait été Mozart, Von Zug, ou Blue-Man.
Tous deux m’ont sorti de la cloche à gaz pla-100-A. Nous avons fait connaissance pendant l’opération. Puis le miracle s’est produit. Ils m’ont bioboulonné les jambes. Je me suis levé. J’ai fait mes premiers pas. À l’âge de deux jours, ils m’ont biosoudé les bras; j’ai enfin serré la main de Mister; nous étions amis. « Pour longtemps », m’a-t-il certifié. Le troisième jour, je devenais autonome.
Je ressentais de l’admiration pour les humains. Ils m’avaient gratifié d’une vie. Elle avait beau être artificielle, j’étais tout feu tout flamme. Tout me captivait. À une semaine, ma mémoire micro fils 1 connaissait la Terre… Virtuellement. Le savant Glückstern m’avait pourvu de la biopuce artifiss. Grâce à elle, je sillonnais ses continents, explorais ses océans. Mais ces visions n’étaient que du vent; que des mirages cruels. Ceux qui avaient réellement vécu sur la grande Bleue me subjuguaient. « Ses couleurs, ses saisons, sa musique, quoi de plus miraculeux ? »
Je rêvais de la fouler, mais je devais patienter. Il y avait une loi stricte concernant les biodroïdes nés sur l’O-17 : ils devaient y travailler cinq ans afin d’obtenir un doctorat. Alors, sous les conseils du professeur, et pour répondre aux exigences de Mister, j’ai choisi la section Recherche en intelligence artificielle. Non seulement Mister attendait de son coéquipier « Lud » qu’il fût un jour capable de fabriquer une équipe de robots serviables, mais encore qu’il inventât une machine à musique à la hauteur de ses ambitions de jeune chef d’orchestre-astronome.
Automate n° 7 «Lud Aster»
Art by Independent Artists,  Sculptures,  Sculptures
Author: Lawrence Nurtel
45 x  171 cm  /   17.7 x  67.3 in
Diameter 60 cm  /   23.6 in
Weight 38 kg   /  83.77 lbs
Characteristic: Animated Sculpture  /   Authenticity / Provenance: Sold by the Artist  /   Period: Contemporary  /  
 
Posted: july 11, 2014 / Modified: july 10, 2015
Copyright Lawrence Nurtel - (Frédéric Letrun)

Chris Lys
Premium members Chris Lys , February 16
Génial… :)
Jean-François Albert
Premium members Jean-François Albert , November 15
Bonjour
Inventeur industriel et ancien horloger en horlogerie ancienne je suis fan a 1000 % de tout ce qui peut être automate, et la restauration des mécanismes automates anciens mon rendu inconditionnelle de tout ce qui si'rapproche'Amitié
Alliwyx
Premium members Alliwyx , April 12
Bravo toujours aussi fans de vos oeuvre
Douceur Pastelle
Premium members Douceur Pastelle , February 25
Charmé par le texte et le travail précis et l'expression du petit robot
Superbe

Cordialement

Manon
Maï Laffargue-
Premium members Maï Laffargue- , January 28
Sans mots ou peut-être cent mots pour traduire l'effet d'un texte et de votre personnage :vous donnez naissance !
Micha Guerin
Premium members Micha Guerin , January 10
Superbe!
Croseb
Croseb , December 23
Magnifique! ! !
Marie-Claude Le Rest
Marie-Claude Le Rest , December 11
De toutes vos oeuvres ce sont vos automates que je préfère ils ont des expressions tellement réalistes ils paraissent si vivants! ! C'est un merveilleux travail! !
Ftanguy
Ftanguy , September 2
Très fort! Bravo
Braham Zoubiri
Premium members Braham Zoubiri , September 2
Une évasion vers un autre monde, Un fantasme né de sa tourmente.
Une juste vision de notre époque, l'homme qui s'est perdu dans l'univers, l'homme qui se cherche. Très belle réalisation riche en symbole, Bravo l'artiste.
Sophie Crouzillac
Sophie Crouzillac , August 30
Bonjour, c'est une oeuvre touchante tant par sa finesse que par par sa complexité.
Merci de mettre au jour votre ingéniosité et votre sensibilité.
Martine Dugue
Premium members Martine Dugue , August 28
Incroyable et fascinant! ! ! !
Eric Vanacore
Eric Vanacore , August 28
Sublime, grandiose, génial ! ! !
Audran
Premium members Audran , August 24
Il y a beaucoup de messages dans cette oeuvre j'aime merci de votre passage et message Myriam
Jean-Luc Bénac
Premium members Jean-Luc Bénac , August 23
Impressionnant, beaucoup de créativité et un énorme talent, merci de nous faire profiter de tout cela Lawrence! ! !
 
Automate n° 7 «Lud Aster»
Price not public
Available for sale
148
Lawrence Nurtel - (Frédéric Letrun)
Lawrence Nurtel - (Frédéric Letrun)
Artist Sculptor 
France
View more similar artworks
Exhibit a similar artwork
Art Materials

Select language

  1. Deutsch
  2. English
  3. Español
  4. Français