We use cookies to deliver a reliable and personalised ArtQuidexperience. By browsing ArtQuid, you agree to our use of cookies.

Log in

  Lost password

New on ArtQuid?

Create Your Free Account
Sign up Sell your Art
  1. Art Prints
  2. Paintings
  3. Drawings
  4. Photography
  5. Digital Art
  6. Themes
  7. Staff Picks ♡
  8. More
The Black Snake Prophecy (deuxième partie : Black Elk). Raphaël Ponce Raphaël Ponce
   
La Prophétie du Serpent Noir (deuxième partie)

Portrait de Black Elk (1863-1950), Sioux Oglala Lakota.
Gouache, crayon, encre - 2017.


2 - O Mitakuye Oyasin! (Suite)

Dès les premiers temps de la colonisation, les Amérindiens ont rapidement réalisé qu'il y avait des similitudes entre leurs religions et celle que les missionnaires leur imposait. En les intégrant à leur culture, ils ont pu résister à l'action des missionnaires qui visaient à supplanter toutes leurs croyances et traditions par un christianisme très dogmatique. Ils ont compris que le dieu des chrétiens est semblable au Grand Esprit et les saints sont, par certains côtés, d'assez proches parents de leurs esprits intercesseurs. De plus, de nombreux aspects du symbolisme et de la liturgie catholique (chants: dévotions, objets et couleurs sacrées, utilisation de l'eau et de l'encens purificateur etc. ), Trouvent de profonds échos dans la religion et la cosmogonie des Indiens des Plaines et du Plateau. Il en est de même pour les prophéties, comme en témoigne de nombreux objets de l'époque, tel cet hochet winnebago du culte peyotl de la fin des années 1800, où a été gravé un verset des Évangiles (Matthieu, vii, 13-14) illustré de symboles chrétiens, traditionnels et cosmiques [voir illustration dans le texte du blog Ok-Oc ou dans la page web ici > http://bit.ly/2vrsqat]. Ce verset évoque deux «portes» et deux voies entre lesquelles choisir : l'une, large et spacieuse, mène à la perdition, l'autre, plus étroite, à la vie. On peut aisément y reconnaître le choix des deux chemins évoqués dans la prophétie algonquine des Sept Feux.

Selon moi, il y a plusieurs raisons qui se conjuguent et qui permettent de comprendre les concordances entre les prophéties des différents peuples de tous les continents. La plus évidente est celle liée à la cyclologie, une conception ésotérique que l'on retrouve dans la plupart des sociétés archaïques. La plus répandue et la plus ancienne des conceptions cycliques est la mesure védique du temps en quatre âges, encore développée aujourd'hui dans l'hindouisme et le bouddhisme et qu'on retrouve chez les Amérindiens à plusieurs niveaux. Malgré l'absence d'outils technologiques perfectionnés, les civilisations anciennes avaient atteint des connaissances et des notions très avancées dans plusieurs domaines, en particulier dans l'astronomie. Les récents progrès scientifiques et découvertes archéologiques permettent de comprendre que la plupart des religions et mythologies contiennent des vérités fondamentales.

La seconde raison est l'hypothèse que toutes les religions ont une origine commune, issue d'une connaissance universelle d'origine non humaine, dans le sens où il s'agit d'ensemble de principes révélés reliant l'homme à son principe créateur (tradition primordiale).

Pratiquement toute prophétie a pour origine une expérience spirituelle qui découle d'une vision, d'un rêve, d'un contexte inédit (phénomène naturel extraordinaire etc. ), D'une relation avec les esprits ou autre entité. Autrement dit, il s'agit d'un lien avec le surnaturel qui est qualifié et identifié selon le contexte et la culture relative à chaque civilisation, peuple ou tribu. Rien n'est inventé : tout est inspiré, transmis d'une manière ou d'une autre, plus ou moins directement. Ces manifestations pourraient découler de l'expression de cette connaissance universelle relative à la tradition primordiale, qui serait une sorte de conscience supérieure intemporelle. Lors de conditions particulières (méditation, états modifiés de conscience etc. ), Certaines personnes peuvent établir un lien avec cette autre nature du monde et ils en recueillent des informations. C'est le cas du chaman, qui peut-être est à la fois sage, thérapeute, conseiller, guérisseur, voyant, prêtre (etc. ).

Pour la plupart des Amérindiens, les pratiques chamaniques et les quêtes de vision font partie de la vie ordinaire. Pour beaucoup, ce que nous pouvons appeler «monde-non-ordinaire» est perçu par eux comme justement «le monde ordinaire». Les Sioux sont un peuple de visionnaires acharnés, à tel point qu'il est difficile de repérer ceux dont les fonctions et les pouvoirs peuvent être qualifiés de chamaniques. Cependant, c'est le niveau des expériences vécues qui détermine la hiérarchie par rapport aux qualités que le chaman aura obtenu de la part des esprits, ou parfois par héritage. Lorsque l'individu est contacté par les esprits sans que celui-ci n'en ai fait la demande, il s'agit d'une élection par les esprits et il devient un saint homme, un voyant-guérisseur, qui dispose généralement de l'ensemble des qualités de tous les autres chamans. C'est le cas de Black Elk (1863-1950), qui reçoit sa vision à 9 ans et qui a pour mission de guider et de sauver son peuple. De nombreuses années s'écoulent avant qu'il ne partage sa vision, qui est publiée en 1932 dans le livre «Black Elk speaks». C'est seulement lors du renouveau amérindien des années 1960 que l'ouvrage suscite un large intérêt, devenant ainsi l'un des premiers livres qui donne voix aux Indiens d'Amérique et qui soit juste à leur égard.

Depuis la fin des guerres indiennes, les Amérindiens n'ont eu cesse de résister aux différentes politiques fédérales toujours répressives contre eux et le mouvement «Pouvoir Rouge» (Red Power) et l'A. I. M. (American Indian Movment) sont les premières répliques qui marquent ce renouveau amérindien par des protestations retentissantes (occupation d'Alcatraz en 1969; occupation du Bureau des Affaires Indiennes à Washington en 1972; occupation de Wounded Knee en 1973). Les décennies suivantes sont également marquées par des luttes et des résistances, également au Canada (résistance des Iroquois Mohawk à Oka, en 1990).

Il est intéressant de remarquer que les leaders des mouvements de contestation et de révolte des Amérindiens sont des chamans et que la religion et la spiritualité sont les composants essentiels de la résistance amérindienne. Ils sont souvent à la source de la plupart des grands évènements de leur histoire et le vecteur essentiel de l'affirmation de leur renouveau depuis la fin des guerres indiennes.

C'est vers 1875 que la religion du peyotl, qui assimile des notions chrétiennes aux rituels traditionnels, se développe parmi les Comanches et les Kiowas, juste après leur défaite contre les Blancs. Ce mouvement religieux syncrétique donnera naissance à la Native American Church en 1919 (plus de 250 000 membres aujourd'hui).

C'est aussi à cette même époque que les peuples amérindiens des Plaines et des Prairies traversent une crise existentielle difficile, confrontés à la misère des réserves ravagées par l'alcoolisme et la faim. Les troupeaux de bisons ont été pratiquement exterminés par les Américains et les Indiens se voient interdire de perpétuer leur mode de vie et leurs traditions. Dans le même temps, un culte voué au renouveau du monde issu de la région des Plateaux et appelé «La Danse des Prophètes», fait beaucoup d'adeptes parmi les tribus de la Californie et du Grand Bassin. C'est dans ce contexte que Wovoka, un leader spirituel estimé de la tribu des Paiute du Nord, déclare qu'il est le sauveur de son peuple, suite à une vision reçue lors de l'éclipse solaire du 1er janvier 1989. Le mouvement spirituel qu'il crée est un mélange syncrétique combinant plusieurs courants religieux amérindiens avec un christianisme à tendance protestante. Il annonce la réunion prochaine des hommes avec leurs ancêtres, rendue possible par une danse et une coexistence pacifique avec les Blancs et prédit aussi le retour des bisons, la régénération de la terre, ainsi que la réunion et l'unification de toutes les nations amérindiennes devenues solidaires.

L'enseignement pacifique de Wovoka est perçu par de nombreux représentants des peuples des Plaines comme la fin de la domination blanche et comme un signe de résistance. Son rituel initial inspiré du culte de «La Danse des Prophètes» se voit transformé en «Danse des Esprits» par les Sioux, qui lui donnent un caractère belliqueux et vindicatif. Black Elk se joint au mouvement et devient même l'un de ses chefs, mais les espoirs de renouveau du monde et de prospérité sont rapidement stoppés par le bain de sang que l'armée américaine provoque en 1890 à Wounded Knee dans le Dakota du Sud, afin de réprimer cette mouvance religieuse considérée comme dangereuse.

«La Danse des Esprits» a continué clandestinement par la suite et elle a été célébrée par les chamans sioux pendant les manifestations de 1973 à Wounded Knee. Aujourd'hui, elle est un symbole du renouveau amérindien et demeure présente parmi certaines tribus.

L'année dernière, des représentants de plus de 300 tribus nord-américaines ont planté des drapeaux à Standing Rock. Ce campement de grande ampleur revêt un importance historique, car il n'y avait pas eu de rassemblement comparable depuis la guerre des Black Hills, en 1876, lorsque près de 7000 Sioux, Cheyennes et Arapahos s'étaient mobilisés pour protéger leur territoire sacré. Il est important de rappeler cet épisode qui est le plus marquant de la grande guerre des Sioux, parce que les causes des deux campements sont comparables : ils résultent d'une résistance à l'envahisseur qui veut s'approprier des terres sacrées pour des motifs économiques et qui ne respecte pas les traités. Autrefois, le but des autorités américaines était d'acquérir les terres sacrées des Amérindiens pour l'exploitation des gisements aurifères et, aujourd'hui, c'est pour l'exploitation pétrolière : l'or jaune et ensuite, l'or noir! Les montagnes sacrées des Black Hills étaient considérés par les Lakotas et les Cheyennes comme le centre du monde et peut-être bien qu'un jour Standing Rock sera reconnu comme tel, parce qu'on y aura défendu ce qui est fondamentalement plus précieux que l'or jaune et que l'or noir pour tout le monde : l'eau, qu'on appelle déjà l'or bleu.

Suite > Voir «The Black Snake Prophecy» (troisième partie) - Kill The Black Snake
The Black Snake Prophecy (deuxième partie : Black Elk)
Art by Independent Artists,  Drawings,  Drawings
Author: Raphaël Ponce
30 x  40 cm  /   11.8 x  15.7 in
Themes: Portrait, Selfportraits  /   Genre: Realism  /   Authenticity / Provenance: Sold by the Artist  /   Artists types: Professional artists  /  
 
Posted: july 17, 2017 / Modified: july 18, 2017
Copyright Raphaël Ponce


 
The Black Snake Prophecy (deuxième partie : Black Elk)
Price not public
On special request
30
Raphaël Ponce
Raphaël Ponce
Artist Pro
Toulouse, France
View more similar artworks
Exhibit a similar artwork

Select language

  1. Deutsch
  2. English
  3. Español
  4. Français