We use cookies to deliver a reliable and personalised ArtQuidexperience. By browsing ArtQuid, you agree to our use of cookies.

Log in

  Lost password

New on ArtQuid?

Create Your Free Account
Sign up Sell your Art
  1. Art Prints
  2. Paintings
  3. Drawings
  4. Photography
  5. Digital Art
  6. Themes
  7. Staff Picks ♡
  8. More
La forêt qui pleure. Jnd Jean-Noël Ducat
   
Quand l'homme te frappa de sa lâche cognée.
Ô roi qu'hier le mont portait avec orgueil.
Mon âme, au premier coup, retentit indignée.
Et dans la forêt sainte il se fit un grand deuil.

Un murmure éclata sous ses ombres paisibles.
J'entendis des sanglots et des bruits menaçants.
Je vis errer des bois les hôtes invisibles.
Pour te défendre, hélas ! Contre l'homme impuissants.

Tout un peuple effrayé partit de ton feuillage.
Et mille oiseaux chanteurs, troublés dans leurs amours.
Planèrent sur ton front comme un pâle nuage.
Perçant de cris aigus tes gémissements sourds.

Le flot triste hésita dans l'urne des fontaines.
Le haut du mont trembla sous les pins chancelants.
Et l'aquilon roula dans les gorges lointaines.
L'écho des grands soupirs arrachés à tes flancs.

Ta chute laboura, comme un coup de tonnerre.
Un arpent tout entier sur le sol paternel.
Et quand son sein meurtri reçut ton corps, la terre.
Eut un rugissement terrible et solennel.

Car Cybèle t'aimait, toi l'aîné de ses chênes.
Comme un premier enfant que sa mère a nourri.
Du plus pur de sa sève elle abreuvait tes veines.
Et son front se levait pour te faire un abri.

Elle entoura tes pieds d'un long tapis de mousse.
Où toujours en avril elle faisait germer.
Pervenche et violette à l'odeur fraîche et douce.
Pour qu'on choisît ton ombre et qu'on y vînt aimer.

Toi, sur elle épanchant cette ombre et tes murmures.
Oh ! Tu lui payais bien ton tribut filial ! .
Et chaque automne à flots versait tes feuilles mûres.
Comme un manteau d'hiver, sur le coteau natal.

La terre s'enivrait de ta large harmonie.
Pour parler dans la brise, elle a créé les bois.
Quand elle veut gémir d'une plainte infinie.
Des chênes et des pins elle emprunte la voix.

Cybèle t'amenait une immense famille.
Chaque branche portait son nid ou son essaim.
Abeille, oiseaux, reptile, insecte qui fourmille.
Tous avaient la pâture et l'abri dans ton sein.

Ta chute a dispersé tout ce peuple sonore.
Mille êtres avec toi tombent anéantis.
À ta place, dans l'air, seuls voltigent encore.
Quelques pauvres oiseaux qui cherchent leurs petits.

Tes rameaux ont broyé des troncs déjà robustes.
Autour de toi la mort a fauché largement.
Tu gis sur un monceau de chênes et d'arbustes.
J'ai vu tes verts cheveux pâlir en un moment.

Et ton éternité pourtant me semblait sûre ! .
La terre te gardait des jours multipliés…
La sève afflue encor par l'horrible blessure.
Qui dessécha le tronc séparé de ses pieds.

Oh ! Ne prodigue plus la sève à ces racines.
Ne verse pas ton sang sur ce fils expiré.
Mère ! Garde-le tout pour les plantes voisines.
Le chêne ne boit plus ce breuvage sacré.

Dis adieu, pauvre chêne, au printemps qui t'enivre.
Hier, il t'a paré de feuillages nouveaux.
Tu ne sentiras plus ce bonheur de revivre.
Adieu, les nids d'amour qui peuplaient tes rameaux ! .

Adieu, les noirs essaims bourdonnant sur tes branches.
Le frisson de la feuille aux caresses du vent.
Adieu, les frais tapis de mousse et de pervenches.
Où le bruit des baisers t'a réjoui souvent ! .

Ô chêne ! Je comprends ta puissante agonie ! .
Dans sa paix, dans sa force, il est dur de mourir.
À voir crouler ta tête, au printemps rajeunie.
Je devine, ô géant ! Ce que tu dois souffrir.

Ainsi jusqu'à ses pieds l'homme t'a fait descendre.
Son fer a dépecé les rameaux et le tronc.
Cet être harmonieux sera fumée et cendre.
Et la terre et le vent se le partageront ! .

Mais n'est-il rien de toi qui subsiste et qui dure ? .
Où s'en vont ces esprits d'écorce recouverts ? .
Et n'est-il de vivant que l'immense nature.
Une au fond, mais s'ornant de mille aspects divers ? .

Quel qu'il soit, cependant, ma voix bénit ton être.
Pour le divin repos qu'à tes pieds j'ai goûté.
Dans un jeune univers, si tu dois y renaître.
Puisses-tu retrouver la force et la beauté ! .

Car j'ai pour les forêts des amours fraternelles.
Poète vêtu d'ombre, et dans la paix rêvant.
Je vis avec lenteur, triste et calme, et, comme elles.
Je porte haut ma tête, et chante au moindre vent.

Je crois le bien au fond de tout ce que j'ignore.
J'espère malgré tout, mais nul bonheur humain.
Comme un chêne immobile, en mon repos sonore.
J'attends le jour de Dieu qui nous luira demain.

En moi de la forêt le calme s'insinue.
De ses arbres sacrés, dans l'ombre enseveli.
J'apprends la patience aux hommes inconnue.
Et mon coeur apaisé vit d'espoir et d'oubli.

Mais l'homme fait la guerre aux forêts pacifiques.
L'ombrage sur les monts recule chaque jour.
Rien ne nous restera des asiles mystiques.
Où l'âme va cueillir la pensée et l'amour.

Prends ton vol, ô mon coeur ! La terre n'a plus d'ombres.
Et les oiseaux du ciel, les rêves infinis.
Les blanches visions qui cherchent les lieux sombres.
Bientôt n'auront plus d'arbre où déposer leurs nids.

La terre se dépouille et perd ses sanctuaires.
On chasse des vallons ses hôtes merveilleux.
Les dieux aimaient des bois les temples séculaires.
La hache a fait tomber les chênes et les dieux.

Plus d'autels, plus d'ombrage et de paix abritée.
Plus de rites sacrés sous les grands dômes verts ! .
Nous léguons à nos fils la terre dévastée.
Car nos pères nous ont légué des cieux déserts.

Victor de laprade
La Mort d'un chêne


La forêt qui pleure
Acrylique sur toile de lin
41 Cm X 33 cm
La forêt qui pleure
Art by Independent Artists,  Paintings,  Acrylic
Author: Jnd
33 x  41 cm  /   13 x  16.1 in
Themes: Nature  /   Origin: France  /   Genre: Realism  /   Characteristic: Signed  /   Authenticity / Provenance: Original  /   Artists types: Professional artists  /   Mounting: On Canvas  /   Period: Contemporary  /  
 
Posted: november 25, 2018 / Modified: november 25, 2018
Copyright Jean-Noël Ducat

Sprathoff
Premium members Sprathoff , July 3
Ausgezeichnet.
Nicole Retureau
Premium members Nicole Retureau , April 26
Très beau tableau accompagné d'un magnifique poème sur la nature qu'il faut protéger. J'adore la lumière du jour qui s'infiltre au milieu des arbres colorés qui reflètent sur l'eau et qui permet à la barque de naviguer. Bravo c'est réussi.
Lyne Le Grand
Premium members Lyne Le Grand , December 3
Bel hommage aux forêts menacées de la terre! ! ! ! ! !
Marie-Claude Lambert
Premium members Marie-Claude Lambert , November 25
Un bel hommage à nos forêts menacées
 
La forêt qui pleure
Price not public
Available for sale
53
Jean-Noël Ducat
Jean-Noël Ducat
Artist Painter 
St Julien Les Gorze, France
View more similar artworks
Exhibit a similar artwork

Select language

  1. Deutsch
  2. English
  3. Español
  4. Français